Hans-Walter Müller, architecte de l'éphémère

Home » Architecture et Design » Hans-Walter Müller, architecte de l’éphémère

Crédit photo : www.pierrelexcellent.com

Hans Walter Müller s’est d’abord intéressé à l’image.
Ses premières bulles étaient des espaces de projection.

Puis, H.W. Müller a développé ses structures gonflables pour elles-mêmes. Les premières datent de la fin des années 60. Complètement novatrice, cette technologie a souvent rencontré des blocages: normes de sécurité ou même, règles protocolaires! Fidèle à son rêve et à ses idées, H.W. Müller a refusé des faire des concessions. Ce qui, bien au contraire, ne l’a pas empêché de beaucoup travailler.

Il crée de très nombreuses architectures gonflées, pour touts sortes d’usages (église, théâtre, exposition, centre commercial, défilé de mode, maison d’habitation, etc.).

A l’occasion de certains projets, H.W. Müller invente une « architecture-lichen » qui prend appui sur des constructions existantes, comme ce fut le cas à Calvi lors du Festival du Vent auquel il a participé à plusieurs reprises.creations_n85_habiter_muller_3

Lui-même habite et travaille dans une structure gonflable. Ses rayures rouges et transparentes sont au cœur de la forêt (à moins que ce ne soit la forêt qui prenne place au creux de la bulle?).

H.W. Müller veut oublier la matière pour atteindre une architecture essentielle, translucide, agréable à vivre et facile à moduler.

Dès la porte, on se sent happé (appelé) dans un autre monde… On pénètre d’abord dans un immense atelier où voisinent machines à souder, projets en cours et toutes sortes de matériaux.

Par une porte horizontale, on est invité dans l’espace d’habitation. On y est surpris par la diversité des matériaux: à la souplesse et à la transparence de la bulle s’opposent la rigidité de la pierre ou la froideur du métal. Un feu brûle dans la cheminée (à tirage horizontal!).

Au cœur de l’espace, un lieu de méditation où images et musiques invitent à la réflexion, à la relaxation. Les images sont des diapositives créées par H.W. Müller. Elles sont projetées sur deux cubes écran dont l’un tourne alternativement dans un sens puis dans l’autre, entraînant dans son va-et-vient les hauts-parleurs. La musique voyage, répercutée par la pierre ou directement perçue. Lignes et traits bougent et se transforment au gré de la surface de projection.

Des paravents, écrans de projection coulissent, apparaissent et disparaissent, modulant un nouvel espace. Un autre espace d’images, bien sûr, omniprésentes.

Dans cette maison proche de l’esprit japonais, on oublie la matière. Seul l’esprit compte.

Il a réalisé 3 maisons gonflables sur l’île de Vassivière en 2007 :

_DSC1523 _DSC1542-2

 

 

 

 

 

 

 

 

source : http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/25150